Partagez
Aller en bas
avatar
Esther O. Williams
A new body for a new start
Date d'inscription : 15/08/2018
Messages : 10

Esther O. Williams

le Mer 15 Aoû - 2:49



ESTHER O. WILLIAMS
Protectrice✧ Loyale✧ Fidèle✧ Douce✧ Timide✧ Maladroite✧ Active✧ Passionnée✧

Mes choix, ma ligne de conduite
Noms Prénoms : Esther Olivia Williams, avant Sœur Catherine Laberge
Ages : Aujourd'hui 24 ans, auparavant 53 ans.
Logement (préciser si vous souhaitez une colocation) : Petite maison à Calobate avec sa grand-mère chérie
Situation (civil, étudiant ou personnel): Civil.
Emplois/jobs souhaités (2 maximum, si cohérent) : Bibliothécaire sur le campus.
Groupe : Orchidée
Rang : 1
✧ Ray - ✧ Satsuriku no Tenshi - ✧ Esther O. Smith
Code règlement (merci de le mettre entre balises hide) :

Aime-moi tel que je suis
Autrefois j'étais...
Toujours vêtue sobrement, portant habituellement un sous-vêtement composé d’un jupon blanc et d’un corset qui lui enserre le corps, dissimulant par le fait même ses formes. Par-dessus, se trouve une robe de serge coupée comme une soutane, allant jusqu’au sol, les manches longues jusqu’aux doigts. Avec cette robe, s’accompagne une guimpe de toile blanche, sur la tête. Soeur Catherine a toujours un grand chapelet qui tombe à gauche de sa taille et qui se termine par la crucifix et une médaille de la Sainte Famille.

Au-delà de ces habits, sœur Catherine était une dame plutôt jolie. Elle avait de long cheveux bruns, frisés, avec quelques mèches grises, qui tombent dans le milieu de son dos, qu’elle aurait bien aimé rassembler dans un chignon,si elle l’avait pu. Sa robe faisait ressortir ses yeux, bleus. Autrefois plutôt jolie avec sa silhouette fine et des formes généreuses, sœur Catherine a pris du poids avec le temps, ayant un léger surplus de poids, mais toujours caché derrière sa robe. Cette sœur faisait un mètre cinquante.

Petit aperçu:

Maintenant je suis...
Esther, quant à elle, est grande. Du moins, beaucoup plus grande que sœur Catherine. Esther fait un mètre soixante-dix et est beaucoup plus mince. Contrairement au corps de sa nouvelle âme, la demoiselle, n'a aucune courbe. on pourrait penser qu'elle est une planche... Ou presque. Ses cheveux sont longs, atteignant le haut de ses fesses. Ils sont blonds, un blond cendré, tout à fait surprenant, mais naturel. Parfois on pourrai presque penser qu'elle a les cheveux gris. Dès sa jeunesse, Esther n'a jamais apprécié ses cheveux, mais n'a jamais voulu les teindre, ayant peur du résultat. Soeur Catherine se reconnaît dans Esther parce que toutes les deux ont les yeux d'un bleu clair.

Au niveau vestimentaire, Esther y va assez simplement. Bien souvent elle porte un jean ou un short en jeans, accompagné d’un t-shirt plutôt simple, souvent de couleur uni. Puisqu’elle travaille dans un lieu climatisé, il n’est pas rare de la voir traîner avec une veste. Sa préférée reste sa veste blanche, elle est particulièrement douce. La jeune femme n’aime pas porter tout ce qui est un peu trop féminin. Vous la verrez rarement porter des robes, pour ne pas dire jamais. Les souliers à talons, non merci pour Esther, pour elle, ce sont des converses. C’est beaucoup plus confortable. Elle ne met pas de maquillage non plus, parce qu’elle trouve que ça fait beaucoup trop superficiel. Le seul élément féminin qu’elle se permet c’est qu’elle laisse ses cheveux détachés, parce qu’elle aime bien les voir aussi longs.
 

Il était... Autrefois

Catherine Laberge est née à l’hiver 1865, dans une famille plutôt nombreuse. Enfin, c’était la coutume de l’époque d’avoir une famille nombreuse, du moins, lorsqu’on réside non loin de Montréal. Une famille nombreuse c’est combien d’enfant? Douze. C’est un beau chiffre douze après tout. Dans cette grande famille vivant dans une petite maison, Catherine était la cinquième du lot, les quatre autres avant elles, étaient trois garçons et la plus vieille, une fille. Du coup, c’est la plus grande qui donnait un coup de main à sa mère pour les enfants et tout ça. C’était les garçons qui partaient dans les champs donner un coup de main à leur père pour les récoltes. Oui, ils étaient une famille d’agriculteur assez simple, qui avaient en plus de cela de nombreux pommiers non loin de la maison.

Cependant, Catherine étant la deuxième fille, elle était soumise à un autre destin que celui d’être mère et d’avoir la chance de pouvoir élever des enfants. Ses parents ayant remarqué une certaine sensibilité religieuse chez la petite, ils trouvaient que cela était une bonne idée si celle-ci entrait dans les ordres.

Bien rapidement, la jeune Catherine dû laisser sa famille afin de poursuivre ses études, si nous pouvons appeler cela ainsi, à Montréal. La jeune femme allait rejoindre les rangs des Sœurs de la charité de Montréal, communément appelées les Sœurs Grises. Ces sœurs s’occupent alors de l’Hôpital général de Montréal. Parce que l’idée d’aider les autres, les soigner, c’était quelque chose que Catherine souhaitait faire. Oui, elle voulait bien soumettre sa vie à Dieu, cependant, elle voulait faire quelque chose également pour son prochain. C’est pourquoi l’idée de rejoindre cette communauté lui plaisait bien… Bien qu’elle n’avait pas trop le choix non plus, c’était l’endroit le plus proche de l’endroit où elle vivait initialement.

Qui sont les Soeurs Grises? Mise à part qu’elles sont des religieuses? Disons qu’elles consacrent leur vie à des œuvres de compassions, elles apportent de l’aide aux plus démunis de la société, soit par des œuvres de charité, des centres de soins prolongés, des centres hospitaliers, des maisons de répits ou encore des écoles. La communauté fut créée par Mère Marguerite d’Youville en 1737.

Catherine n’eut pas une vie très palpitante. Elle fit son postulat, sa prise d’habit, puis sont noviciat afin de pouvoir servir Dieu et indirectement la communauté. Ensuite, elle s’établit dans une autre ville que Montréal, dans laquelle les Sœurs Grises s’occupaient d’un nouvel hôpital. Catherine en était ravi, bien qu’elle avait peu de contact avec sa famille, elle se savait près d’eux. Leur écrire était un vrai plaisir, équivalent pour elle de prendre soin des malades qui passaient à l’hôpital.

Tout cela était bien, jusqu’à ce qu’un virus vient débalancer le rythme naturel de la vie. Enfin, si nous pouvons le dire ainsi. Une grippe. Une grande grippe frappait le monde entier. Le débalancement du rythme naturel était fait depuis longtemps, lors du début de la Première Guerre mondiale qui faisait alors rage en Europe. Le Canada s’étant engagé à y envoyer des hommes afin de contribuer à l’effort de guerre du Commonwealth. Mais ce virus fit aussi beaucoup de ravage. La grippe espagnol, c’est comme cela que l’on l’appela. Une grippe monstrueuse, qui faisait en sorte qu’une personne pouvait décédé entre 4 et 5 jours après ses premiers symptômes. Bien entendu, Soeur Catherine et ses compagnes n’hésitèrent pas lorsqu’il était le temps de les soigner, de faire de leur mieux, en tout cas, puisque les souffrants étaient alors si nombreux que l’hôpital fut bien vite surchargé.

Et ce qui devait arriver, arriva.
Il semblerait que ce soit la volonté de Dieu.

Sœur Catherine fini par tomber malade et, comme il était beaucoup plus important que ses congénères s’occupent des civils malades que d’elle, Catherine décéda à la fin de l’année 1918.

Mais.

Si la réincarnation existe… Cela ne veut pas dire que Dieu, que la religion catholique a tord? Finalement, ce serait cela le paradis? À moins que cela soit l’enfer? Vivre une nouvelle vie, prendre la place d’une âme pour vivre de nouveau, avec des souvenirs, pas tous nos souvenirs, mais quand même. Cela reste particulièrement dérangeant, troublant pour Sœur Catherine, alors qu’elle découvrait son nouveau corps. Un corps jeune, un beau corps, un corps qu’elle pouvait se permettre d’admirer, qui n’était alors plus caché dans une grande masse de vêtements encombrants.

Catherine était maintenant devenue Esther. Une autre dame, une dame complètement différente, enfin, c’est ce qu’elle pouvait déceler en se plongeant dans les souvenirs qu’elle avait d’Esther.

Esther. Une femme blasée alors qu’elle n’avait que 24 ans. Une femme qui avait vécu des choses assez particulière, des moments difficiles. Catherine avait déjà vu des souffrances similaires, mais cela ne lui était jamais arrivée. Sauf le décès de ses parents, mais cela, c’était alors quelque chose normal dans la vie de tout être humain.

Esther était une demoiselle qui était née en Angleterre. Elle n’avait pas de père, c’était sa mère qui l’élevait pratiquement seule avec l’aide de sa grand-mère, cette gentille grand-mère. Sa mère travaillait énormément, elle avait deux boulots pour joindre les deux bouts. Esther c’était toujours faite très discrète. Sa grand-mère lui rappelant sans cesse qu’il ne fallait pas déranger maman, parce que lorsqu’elle venait à la maison, c’était pour se reposer, avant d’enchaîner un autre quart de travail et ainsi de suite.

Un jour, Esther devait avoir douze ans, sa mère rencontra un monsieur. Un monsieur que la jeune fille ne trouvait pas particulièrement gentil avec sa mère. Mais cette dernière l’aimait beaucoup, à la folie. Elle aurait pu lui décrocher la lune si elle le pouvait. Ce monsieur convainquit la mère d’Esther d’abandonner l’un de ses travail afin que tous les deux passent plus de temps ensemble. Encore une fois, Esther restait toute seule avec sa grand-mère. Sa grand-mère, elle l’adorait. Elle y voyait sa vraie maman, celle qui lui faisait des câlins et des bisous, celle qui lui fait des biscuits, qui la gronde, contrairement à sa vraie mère.

Un jour, sa mère partit. Pour ne plus revenir. Elle était parti avec ce monsieur. La jeune femme de dix-huit ans ne comprenait pas comment sa propre mère pouvait partir avec un homme au lieu de s’occuper d’elle. Peut-être qu’Esther ne l’avait pas aimé assez fort? Peut-être qu’elle n’avait pas fait tout ce qu’il fallait, elle n’avait pas été assez sage et c’est pour cela qu’elle était partie? Ça choqua énormément la demoiselle, qui ne comprenait pas, d’ailleurs, elle ne comprend toujours pas ce qui s’était passé. Elle avait beau être majeur, cela n’était pas une excuse pour l’abandonner! Elle avait maintes fois essayer d’appeler sa mère, mais chaque fois, elle ne répondait pas. D’ailleurs, la grand-mère avait également tenté de l’appeler, mais en vain. Il semblerait qu’elle avait voulu couper tous les ponts avec sa famille.

C’est alors que sa grand-mère lui proposa un projet, un projet loufoque, mais un projet intéressant quand même : déménager. Ailleurs. Complètement. Dans un autre pays, dans un autre monde, où elles pourraient abandonné l’ambiance humide et pluvieuse de Londres pour s’établir dans un lieu beaucoup plus ensoleillé. L’idée fit sourire Esther, un sourire qui lui était si rare, sa grand-mère savait que cela leur plairait à toutes les deux, elles partirent alors pour un endroit secret, la grand-mère ne voulant pas le révélé à sa petite fille, devenue sa fille.

Elles déménagèrent lorsque Esther avait vingt-quatre ans. Parce que sa grand-mère voulait qu’elle termine d’abord ses études, comme cela, ce serait plus facile pour la jeune femme de se trouver un emploi. Et elle n’avait pas tort. Esther avait fait des études littéraires. Les livres, les histoires, ça l’avait toujours passionnée. Son rêve était d’ouvrir sa propre librairie. Mais pour le moment, elle n’avait pas nécessairement l’argent. Pendant ses études elle avait travaillé dans un restaurant, ceci lui avait bien permit de payer ses études, ses dépenses et la partie du loyer qu’elle partageait avec sa grand-mère.

L’endroit était resté un grand mystère pour Esther. Sa grand-mère voulait que ce soit une surprise.

- Une île!, s’était exclamée Esther en regardant autour d’elle.

Bon, une île pour une île, ce n’était pas grand-chose, mais la température était tellement différente que cela était quelque chose de complètement incroyable. Voilà maintenant quelques jours qu’Esther s’était installée avec sa chère grand-mère.

Quelques mois
Juste quelques mois.

Voilà qu’un phénomène étrange se produisit. Voilà que Sœur Catherine prenait possession du corps de cette jeune demoiselle. Voilà que Sœur Catherine découvrait ce nouveau corps, cette nouvelle technologie, ce nouveau monde. Elle n’y comprenait pas tout, mais les souvenirs contenus dans ce corps l’aidait à comprendre un peu tout ce qu’elle avait manqué.

Elle n’était plus sœur, elle était maintenant bibliothécaire pour l’université de cette petite île.

 

 

Derrière l'écran ✧


Surnom : Mawi ou Patate
Age : 24 ans
Comment tu nous as trouvé ? Elsa 8D
Un petit mot ? J'ai vu qu'il y avait quelques petite coquilles ici et là, du coup, si jamais vous voulez une personne pour vous donner un coup de main je peux vous aider >////<
Alwine ©
avatar
Skye Rose
Fondatrice
Date d'inscription : 17/06/2018
Messages : 58

Re: Esther O. Williams

le Sam 18 Aoû - 16:50
Félicitation !


Tu fais parti des nôtres ! Ta fiche est validée, il te reste quelques démarches à réaliser avant le grand saut. Nous te laissons donc une petite liste de choses à faire (certaines sont obligatoires) :

- Mettre à jour ton profil [obligatoire]
- Valider ton avatar ici [obligatoire]
- Valider ton/tes emplois/jobs ici [obligatoire]
- Demander un logement ici [conseillé]
- Faire ton tableau de bord ici
- Faire ton journal intime ici
- Faire ton téléphone portable ici
- Suivre les news ici [recommandé]
- Suivre les événements ici [recommandé]
- Demander des RPs et liens ici

Amuse-toi bien !
Alwine ©

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum